Nombreuses sont ces personnes qui ont commencé à dépendre du tabac et qui ont également envisagé d’arrêter. Il est possible d’arrêter seul sans des conseils extérieurs ou de solliciter l’assistance d’un professionnel. Cet article abordera uniquement le sevrage solitaire et ce qu’il faut en savoir.

Comment arrêter de fumer sans aide ?

L’avantage capital de se sevrer du tabac sans aide extérieure est l’autonomie. Ici, l’homme addictif au tabac évolue à son rythme et n’a de comptes à rendre à personne d’autre que lui-même. Cette approche s’adapte le mieux aux fumeurs moins dépendants à la drogue. Toutefois, cela demande beaucoup de volonté. Ce n’est pas chose facile d’arrêter du jour au lendemain, cela prend du temps, découvrez cette info ici. Pour y arriver, la meilleure alternative pour arrêter de fumer est la suivante : diminuer progressivement le nombre de tabacs fumé par jour. Par exemple, quelqu’un qui prend 6 tabacs par jour doit consentir à le ramener à 5 par jour et à maintenir cette progression pendant un temps. Deux semaines après, il ramène son quota de prise de tabac à 4 et va, ainsi de suite jusqu’à l’arrêt définitif. C’est une meilleure solution que de suivre les conseils de quelqu’un qui vous dit d’arrêter de fumer sans vous proposer un moyen pour y arriver.

Inconvénient du sevrage tabagique en mode solo

La possibilité d’arrêter de fumer sans aucune aide extérieure est envisageable, mais très difficile à mettre en œuvre. Les concernés en savent quelque chose. D’abord, pour que le processus de sevrage fonctionne, il faut que le sujet s’y soit préparé mentalement. Pour qu’il en soit ainsi, il faut que le fumeur se connaisse lui-même. La façon dont il a commencé peut l’aider à arrêter. De même, il doit aussi connaître exactement son degré d’addition. Cela lui serait utile pour choisir par quelle méthode se sevrer lui-même. 

Par ailleurs, plusieurs syndromes peuvent apparaître lors du sevrage. Certains patients commencent par prendre du poids, d’autres deviennent anxieux et irritables. En réalité, un fumeur qui prend la décision de se sevrer pourrait avoir des difficultés à contrôler ses états de dépressions. Le risque que ce dernier retombe dans ses anciens travers est fort puisqu’il n’aura plus rien pour lutter contre ses états.